Elle correspond à l’architecture du “régionalisme”, mouvement apparu dans l’architecture sévillane dans la première moitié du XXe siècle et dont Anibal Gonzalez est sans aucun doute l’un des plus dignes représentants. La casa Serrailler, une des dernières oeuvres de l’architecte, s’incrit par conséquent dans le style sévillan. La façade est en brique distribuée en cinq axes verticaux et trois franges dont la hauteur diminue par rapport à la précédente. Le portail occcupe l’axe central. Le patio, à l’intérieur, quintessence du “sevillanismo” dispose de colonnes de style corinthien en marbre blanc, de moulures en brique, de céramiques “trianera” (originaire du quartier de Triana à Séville), etc…