Entrée par la rue Nueva, nous trouvons cet arc monumental consacré à l’image de Jésus Nazaréen. La structure est hornée d’une niche où se loge la toile de la vénérée image, six lanternes et un balcon. La construction originale remonte à 1671, démolie en 1959 par un effondrement et réinauguré en 1963. Sa reconstruction est dûe à l’architecte Francisco Pons-Sorolla et Arnau, petit-fils du peintre Joaquín Sorolla.

Une légende populaire accompagne l’histoire de cette construction singulière, laquelle fût recueillie par la poète antequeraine Victorina Sáenz de Tejada dans un livre intitulé “El Nazareno de la calle Nueva”.

Il y a eu dans la ville un chevalier appelé Luis de Zayas, connu par la vie folle qu’il a mené pendant sa jeunesse, bien qu’il ait abandonné toutes ses mauvaises habitudes en se mariant. Assistant un matin à l’église de la Encarnación il resta avec une jeune fille vêtue de l’habit religieux. Depuis, il ne pensa à rien d’autre qu’à obtenir les faveurs de la jeune fille.

Quelques mois plus tard, il obtenu l’affection de la jeune fille, dans une nuit tourmentée il s’est lancé à l’intérieur du jardín où il espérait trouver sa bien-aimée. Quand il ne la vit pas là-bas, il s’aventura à l’intérieur du couvent, et la trouvit endormie dans sa cellule. Réveillant la jeune fille, les deux sortirent dans le couloir, puis elle tomba sur les genoux repentente devant une image de María. Lui, abandonna la jeune là-bas et partit en courant, empressé dans la rue, tombant d’évanouissement arrivant à l’entrée de la rue Nueva.

À l’aube, il fût trouvé par quelques personnes qui l’accompagnèrent à sa maison, avouant devant sa femme, qu’il avait vu l’image de Jésus avec la croix sur ses épaules en arrivant à l’angle de la rue. Pour montrer son repentissement, il voulut réparer sa faute avec la fondation d’un arc sur lequel il a placé, un éclairage perpétuel par six lanternes, de l’image de Jésus Nazaréen.