Il s’agit de l’un des plus beaux bâtiments civils de la ville et d’un exemple très important d’architecture maniériste dans les édifices privés en Andalousie. De sa structure originelle, seule la façade (1636), qui semble tirée tout droit d’un traité d’architecture, a résisté au temps. Elle est divisée en trois étages et trois axes. Chaque élément a été pensé pour lui donner une allure élancée : la hauteur de chaque frange diminue par rapport à celle qui la précède ; les frontons du corps inférieur sont brisés pour favoriser une meilleure articulation entre les fenêtres d’un même axe alors que ceux de l’attique sont fermés.