Le Rocher des Amoureux

La légende raconte qu’Ibrahim, l’alcaide du château d’Archidona, avait une fille d’une grande beauté, appelée Tagzona, qu’il promit en mariage au vieux chef de la forteresse d’Alhama. Mais Tagzona était amoureuse d’Hamet (connu sous le nom de Tello dans différentes versions de cette légende), jeune descendant d’une famille d’Abencerrajes originaires d’Antequera. Les jeunes amants, face à l’impossibilité de vivre leur romance, décidèrent de fuir pour chercher un territoire chrétien. Les amants, étant poursuivis par les soldats d’Ibrahim, traversent le Guadalhorce pour se réfugier dans la Peña. Face à leur capture imminente, ils décidèrent de se jeter dans l’abîme pour sceller leur amour. Dès lors, le lieu prendra le nom de Rocher des Amoureux.

“De la tajada peña se arrojaron y en el aire las almas dejaron”.

« Du rocher ils se jetèrent et dans les airs leurs âmes s’envolèrent ».

(Versions Miguel Lafuente Alcántara y Agustín de Tejada)

Antequera

La ville d’Antequera est unique pour ses monuments et son patrimoine historique. Ces deux aspects sont conservés depuis la Préhistoire grâce aux Dolmens (candidats à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO 2015) ; depuis l’époque antique grâce aux nombreux vestiges et villas romaines ; depuis le moyen âge grâce à l’Alcazaba (forteresse musulmane) ; depuis l’époque moderne grâce à la Collégiale royale Santa Maria datant de la renaissance ou encore le reste des temples de forte expression baroque comme l’Église du Carmen ; et également depuis notre époque contemporaine grâce aux nombreuse maisons de cour ou bâtiments civils comme le Théâtre Torcal, une des plus forte représentation de l’Art Déco dans notre communauté autonome.

Mais ce sont sans aucun doute ses églises qui marquent la singularité d’Antequera. Elles sont au nombre de 33 ce qui en fait la ville avec le plus d’églises par habitant en Espagne. La situation géographique privilégiée d’Antequera, le trait d’union entre Grenade et Séville et entre Cordoue et Malaga, en a fait un lieu prolifique où les représentants des ordres religieux sont très présents. Avec comme conséquence la plus directe la construction de temples chrétiens qui, au delà de leur vocation religieuse, constituent de véritables œuvres d’art qui contribuent à un patrimoine d’une valeur inestimable.

Route d’Antequera

Archidona

Avec 8 900 habitants et située dans la chaîne de montagne au nord de la province de Malaga, Archidona est un endroit stratégique pour fonder un village, élu par les civilisations antérieures à l’abri des Sierra de Gracia, du Conjuro et des Grajas. Il se trouve dans le passage naturel qui relie les villes de Grenade et Séville.

Depuis la préhistoire, Archidona compte de nombreux vestiges. Les Phéniciens – en l’an 1500 B.C. – entamèrent la construction des grandes murailles qui furent après cela perfectionnées par les Carthaginois, romains et arabes.

Suite à la reconquête, la ville chrétienne commence à voir le jour tel que nous la connaissont aujourd’hui. En 1901 la ville d’Archidona reçoit le « Titre de ville » et grâce à son splendide patrimoine culturel elle est déclarée « Ensemble Historique Artistique » en 1980.

Les ordres religieux qui s’installent à Archidona à partir du 16ème siècle joueront un rôle important tant dans le domaine spirituel que culturel. Tel que le couvent de Santo Domingo formé par les moines dominicains, actuellement école d’hôtellerie et hôtel 4 étoiles. S’ajoutent à la communauté, les Moines Minimes de l’Église de la Victoria et les religieuses Minimes de San Francisco de Paula ainsi qu’en 1757 les Pères Piaristes suite à la création de leur École.

Reconnue comme 1ère Merveille de la province de Malaga, nous montrons à nos visiteurs une des œuvres les plus importante du Baroque Andalou, la Place Ochavada, un ensemble architectonique d’une beauté singulière qui sert de repère inégalable pour les événements qui se célèbrent à Archidona.

Route de Archidona