La Confrérie de Sainte Euphémie et les Soeurs Minimes de la ville d’Antequera ouvrent les portes de leur musée les week-ends du matin. On y accède par la porte de l’église. Chaque retable bénéficie de commentaires et d’explications religieuses, artistiques et historiques. Trois nouvelles salles ont été aménagées, celle du “Confesionario” (Confessionnal), la “Sacristia” (Sacristie) et celle du “Sexto Centenario” (sixième centenaire), et on a facilité l’accès à l’autel. Le visiteur peut contempler les gouges (ciseau de charpentier à tranchant semi-circulaire) d’Andrés de Carvajal, des gravures du XIXe siècle, la clé de la ville du XVe siècle, une toile de la Sainte du XVIIIe siècle, copie de Murillo, le “templete” (petit temple) du XIXe siècle, le documentaire du sixième centenaire, les tenues vestimentaires des “maceros” (fonctionnaire public à la tête des cortèges officiels municipaux), les dalmatiques (vêtement de choeur ; elle est portée par le diacre lors de la messe) du corps processionnel de la Confrérie, des cornes d’abondance avec des peintures d’Antonio Reyes Machuca et Ramón Orellana et les toiles d’Eloy Garcia Pérez sur le martyre de Sainte Euphémie et la reconstitution de l’atelier d’Andrés Carvajal. Dans la sacristie, on peut voir également les bénédictions et les clémences des souverains pontifes du XVIIe au XXe siècle, le discours du pape Benedicto XVI, à l’occasion du sixième centenaire de la reconquête de la ville d’Antequera et la médaille d’or de la ville. La visite du musée permet de découvrir et de parcourir plus de 600 années d’histoire grâce notamment aux tableaux d’Antonio Reyes Machuca, Antonio Montiel et Eloy Garcia Pérez accompagnés de thèmes comme l’origine de la célèbre phrase “Salga el Sol por Antequera” (advienne que pourra) ou la conquête d’Antequera.