Ce couvent appartenait à l’ordre des Carmelitas Descalzas (Carmélites déchaussées) jusqu’au XIXe siècle pour être occupé par la suite par les Religieuses Clarisses. Ces dernières y résident encore actuellement en tant que religieuses cloîtrées et accomplissent des travaux d’artisanat comme l’élaboration de mantecados (petits gâteaux au saindoux) et de pâtisseries en général. La construction de ce couvent, oeuvre du portugais Gonzalo Yañez, a commencé en 1628. La façade, faite de pierres taillées et de briques, est très sobre. Le plan est en croix latine, flanqué de chapelles latérales communicantes. La croisée du transept est couverte d’une haute coupole. Les très riches ornements baroques en plâtre, aux pourtours bleus, comptent parmi les plus anciens d’Antequera et ressemblent à ceux de l’église de San Juan de Dios. Il faut mentionner également les niches de la sculpture de Jésus dans la montagne et celle de la Virgen de los Dolores, très belle statue à vêtir appartenant à la vénérable Confrérie de Servitas. Les ornements de la Chapelle principale, fermée en 1959 par une grille en bois, et dont le choeur a été inspiré par celui de l’église de San Sebastián, sont assez singuliers. A l’intérieur du retable se trouvent quatre statues magnifiques : un archange San Miguel, de style italien ; une Santa Clara ; un San Juan de la Cruz, du style de Pedro de Mena ; et enfin, la très belle sculpture de San Bruno qui ressemble étrangement à celle du Sancta Santorum de la Cartuja grenadine, oeuvre de José de Mora. Couronnant la partie supérieure de la Chapelle principale se trouve un immense tableau de “l’Adoration des bergers” datant du milieu du XVIIIe siècle attribué selon certaines publications à Murillo, mais qui est en réalité l’oeuvre du frère Domingo, religieux de l’ordre des Déchaussés dont on ne sait plus rien. Parmi les peintures restantes de l’église, certaines méritent une attention particulière par la thématique ou les ornements qu’elles possèdent.